Cie D’Elles > Liesse(s) Défaites festives

Accueil > Cie D’Elles > Liesse(s) Défaites festives

Liesse(s) Défaites festives

Dans Liesse(s), Yaëlle Antoine, directrice artistique de la Cie d’Elles, creuse son rapport fasciné à l’espace public et se questionne avec son équipe sur les profondes mutations des rituels festifs fondateurs de nos sociétés qu’engendrent les dérives sécuritaires que nous nous imposons… Un rituel s’il est répété, jour après jour, saison après saison, année après année afin de ne pas sombrer dans l’oubli, conditionne la transformation des corps, des émotions, des lois fondamentales, des espaces et permet la bascule salvatrice d’hommes et de femmes dans des dimensions symboliques parallèles.

Elle tente, d’y retrouver ces gestes perdus (symboliques, folkloriques, insensés) qui faisaient du carnaval, de la noce et de certaines fêtes traditionnelles, des moments émancipateurs, de débordements et de confusion.

Nous éprouvons depuis toujours ce besoin de nous rassembler; notre vie est rythmée par des traditions qui font et défont toutes nos relations. Que se passe-t-il si ces rituels festifs, véritables soupapes sociales, sont nouvellement interdits, modifiés ? Que nous- est-il permis d’imaginer comme dérives ludiques, comme échappatoires face à ces censures inédites ? Là où les fêtes sont interdites, où un rire d’enfant peut être sanctionné par la police, toute résistance est endormie. « Car, j’en suis persuadée, quand les seuls rituels imposés : ordonnés et remodelés, sont vides de sens pour celles et ceux qui les traversent, le pronostic vital d’une société, quelle qu’elle soit, est engagé. »

La résidence de la Cie à l’Atelline sera axée sur les états de liesse sportives. Avec la complicité de la chorégraphe Florence Bernad, directrice artistique du Groupe Noces, Yaëlle Antoine mènera une recherche chorégraphique et quasi anthropologique sur les rituels sportifs.

Cie D’Elles

La compagnie d’Elles expérimente le « cirque en pièces » dont le mélange novateur du cirque et du verbe sont les caractéristiques premières.

Soucieuse de trouver l’espace qui correspond à ses dramaturgies, la compagnie d’Elles, se décloisonne, pour investir des espaces urbains et extérieurs.

 

Ce qui nous intéresse

« Qu’est-ce qui déplace un public ? Quel(s) espace(s) traverse-t-il ? Que puis-je imaginer pour qu’il se déplace de lui-même sans suivre : un ordre, une invitation, quelque chose, quelqu’un.e ? Dans quelle mesure un public est-il en capacité d’avancer à reculons ? Qu’est-ce que je peux inventer, en m’appuyant sur les moteurs de liesse(s) collectives, pour motiver chacun des déplacements du public ? Comment puis-je créer de la mobilité sans démobiliser, bien au contraire ? M’est-il possible de créer de la mobilité sans déplacer le public ?… »

Autant de questions que nous partageons avec Yaëlle Antoine.

 Les partenaires

Coproduction :

La Verrerie PNC d’Alès La Grainerie, atelier de Fabrique Artistique Cirque et Itinérance, Balma – Les Ateliers Frappaz, CNAREP Villeurbanne – L’Atelline, Montpellier – Le Citron Jaune, CNAREP Port Saint Louis du Rhône – Les Pronomades, CNAREP Encausse les Thermes – L’Usine, CNAREP Tournefeuille

Soutien à la Résidence :

Superstrat, St Bonnet le Château – Scènes de Rue, Mulhouse

 

Création résidences

Infos pratiques

Résidence de création du 5 au 10 juin 2018 à Montpellier


Équipe

  • Jeu, danse, acrobatie : Laura Terrancle, Tiina Lehtimäki, Julien Le Cuziat, Malika Lapeyre, Simon Deschamps, Sofia Antoine et un groupe folklorique invité.
  • Écriture et mise en scène : Yaëlle Antoine
  • Dramaturgie : Yaëlle Antoine et Marion Guyez
  • Scénographie : Didier Préaudat
  • Chorégraphes intervenants : Florence Bernad (groupe Noces), Yasmine Youcef (Agence Touriste)
  • Intervenante twirling bâton : Mélanie Rolland Scénographie sonore Didier Préaudat
  • Création lumière : Christophe Schaefer et Nicolas Gresnot
  • Création costumes : Barbara Ouvray
  • Régie générale : Sofa Antoine et Nicolas Gresnot
  • Création vidéo : Sofa Antoine
  • Production et difusion : Marion Caillet et Paco Bialek
  • Crédit photos : Sofa Antoine