Hiver Nu > Dragons #1

Accueil > Hiver Nu > Dragons #1

Dragons#1

DRAGONS #1 se présente comme un débat d’idées, joyeux et idiot, sur les notions de progrès et de rationalité.

Des figures de penseurs contemporains et classiques sont convoquées pour tenter d’éclaircir cette question : que peut-on faire face à la catastrophe écologique qui est là ? En prenant petit à petit la forme d’un désenvoûtement de la pensée rationnelle, le débat se meut en divagation poétique et sensorielle.

Préambule réflexif et pièce satellite d’une création prévue en novembre 2018 (DRAGONS #2)DRAGONS #1 cherche à découvrir ce qu’il est encore possible de penser, de ressentir et de rêver en dehors des alternatives infernales proposées par la pensée libérale dominante. Face à l’impuissance et aux « À quoi bon », retrouver le sens du possible qui, comme le dit la philosophe belge contemporaine Isabelle Stengers, « provient justement de mots, de chants, de manières de rire, de satiriser et d’inventer de nouveaux récits ».

Cie L’Hiver Nu

Créée en mars 2007 à Pantin (93), la compagnie L’hiver nu est installée depuis septembre 2009 au Viala de Lanuéjols (48)

Depuis 2008, la compagnie a créé, notamment, J’ai marché sous les pierres ; Avec un grand F ; Rouille dans mes veines ; Œdipe sur la route et Antigone ; Toute la joie possible des Apaches, Souliers de Sables…

À l’automne 2010, l’équipe investit un lieu de fabrique théâtrale au Viala et en fait un lieu d’accueil de résidences autour de la création contemporaine. De nombreuses équipes viennent ainsi élaborer les prémices de leurs créations en théâtre, musique, danse et proposent des chantiers publics en fin de résidence.

La compagnie se développe entre accueils en résidences, ateliers de pratique théâtrale auprès d’amateurs, interventions dans les écoles, collèges et lycées…

 

Ce qui nous intéresse

En tout premier lieu, le questionnement philosophique vers lequel la Cie souhaite nous amener : les points de frottement entre le mouvement des Lumières qui a placé l’homme, la science et le savoir – la Raison – en son centre et d’autres conceptions visant à replacer l’homme non pas au sommet de la hiérarchie du vivant mais comme une partie de ce tout.

Nous amenant par là à nous questionner sur ce que signifie « habiter un / être habité par un territoire ».

La forme performative aussi et le télescopage entre des problématiques locales d’aménagement du territoire et une écriture poétique, la création d’une carte postale sonore de l’espace investi.

L’idée d’un diptyque ensuite, d’un dialogue organique entre une forme hors des cadres théâtraux et une écriture pour salle.

Il importait enfin pour nous d’accompagner ce projet en création dans une démarche partenariale, cette fois avec le Chai du Terral et la commune de Saint Jean de Védas et de favoriser ainsi la programmation de Dragons#1 lors de la prochaine édition du festival Festin de Pierre.

 Les partenaires

Production : Cie l’hiver nu

Coproduction : Scènes Croisées de Lozère, Scène conventionnée de Lozère – l’Atelline, lieu d’activation Art et Espace public – Théâtre du Périscope Théâtre Jules Julien La Genette Verte – Collectif en jeux, Charte d’expérimentation et d’accompagnement économique et structurel des œuvres crées en Occitanie
Avec le soutien de : Lilas en Scène Théâtre Le PériscopeLe festival d’Olt /Association Rudeboy Crew – le Chai du Terral – la municipalité de Mende – Conseil départemental de la Lozère – la municipalité de Lanuéjols – la Genette verte.

Ce spectacle reçoit le soutien de Réseau en scène Occitanie dans le cadre de son accompagnement au collectif en jeux.

Création résidences

Infos pratiques

Résidence de création du 19 au 23 mars 2018 au Chai du Terral

Équipe

  • Conception : Baptiste Etard et Claire Perraudeau
  • Mise en scène et scénographie : Baptiste Etard
  • Dramaturgie : Jean-Luc Vincent
  • Jeu : Claire Perraudeau, Jean-Luc Vincent, Laurélie Riffault, Isabelle Catalan distribution en cours
  • Lumière et création d’image : Perrine Cado et Samuel Herbreteau
  • Construction marionnettes et scénographie : Sophie Arlotto, Antonin Etard