Regards et réflexions sur l’espace public

Accueil > Regards et réflexions sur l’espace public

Quelques actions et axes de recherches

– Recenser les différentes modalités d’utilisation des espaces de rencontre et des espaces partagés (dans le domaine privé ou public) à plusieurs échelles (au niveau d’un quartier, d’une ville ou d’un village). Entretiens avec les habitant.e.s, identification des interactions…

– Prendre contact avec des acteurs locaux, bien ancrés dans des logiques participatives, et favorisant un déploiement culturel et artistique dans des logiques de quartier. Etude de l’influence de ces actions culturelles et artistiques, analyses de l’impact de nouvelles formes de médiations culturelles dans ces espaces partagés, animation de temps de concertation citoyenne liée à des projets de requalification urbaine.

– Proposer projets et actions artistiques et culturels dans lesquels les citoyen.ne.s pourront s’impliquer dans le processus créatif, vers de nouveaux espaces publics hybrides et transformables. Le but est alors d’étudier le rapport établi entre l’œuvre artistique, l’artiste, les habitants et le territoire.

– Au travers de dispositifs numériques et d’installations artistiques, pouvoir questionner les nouveaux espace-temps introduits dans le domaine public à travers les médiations numériques. « Les bulles mobiles d’interaction privée » au sein du domaine public effacent ou réduisent considérablement le potentiel d’interaction entre les différents utilisateurs connectés à leur propre sphère privée. Il sera alors question de favoriser des états de disponibilités des différents usagers de ces espaces partagés pour donner à voir l’espace urbain et permettre la création de récits communs.

– Étudier l’impact à court, moyen et long termes des différentes actions implantées dans l’espace public. En effet l’étude des empreintes que laissent des interventions ponctuelles en espace public reste déterminantes pour identifier les critères de créations de récits communs s’inscrivant dans la création de nouveaux paysages urbains inclusifs et permettant une hybridation pérenne de ces espaces.

En bref

Réflexions portées par Marc El Samrani, doctorant, rattaché au Laboratoire LIFAM de l’ENSA Montpellier.

En s’impliquant à nos côtés sur les projets de l’association, il va durant trois années nourrir sa recherche qui interroge comment les médiations numériques et culturelles participent à la création de nouveaux espaces publics urbains comme moyen de remédier à l’isolement social par l’expérience spatiale de l’usager.

Dirigée par Hassan Ait Haddou et co-dirigée par Laurent Viala, sa thèse entre en résonance avec les axes de la Fabrique des Paysages et de la Fabrique du Regard de l’Atelline.

> Vous portez un projet urbanistique, architectural et souhaitez faire entrer une démarche implicative à l’attention des habitant.e.s, vous aimeriez faire entrer une démarche artistique et culturelle au sein de processus de fabrique urbaine ? N’hésitez pas à nous contacter pour que nous en discutions ensemble.

> Les questions d’urbanisme culturel ou la place des artistes dans la fabrique des territoires sont des thématiques qui vous intéressent ? Les concepts de ville-inclusive, ville-créative, ville-accueillante vous questionnent ? Parlons-en ensemble.

Marc El Samrani

Marc El Samrani est architecte-Scénographe. Après avoir obtenu son diplôme d’architecture à l’USEK au Liban, il poursuit ses études en France, en scénographie et démarre une thèse doctorale portant sur le rôle de la médiation numérique et culturelle en espace public. Il étudie actuellement les conditions du vivre ensemble dans la ville de demain en associant dans une même réflexion l’espace public en tant que lieu aménagé et comme lieu d’expression citoyenne en introduisant la possibilité d’une médiation culturelle et (ou) numérique comme  levier du renouveau des enjeux sociaux.

Portfolio